Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par DMT

Souvenez-vous, le mardi 22 février, les grèves et manifestations prévues par quatre syndicats français (CGT, FO, CFDT, CFTC) pour le jeudi 10 mars, mettaient en émoi le monde sportif et politique. Et Jean-François Lamour, ministre des sports, d'évoquer des risques de "brouillage des messages" avec la présence sur Paris à la même date, de la mission d'évaluation du Comité International Olympique pour les JO-2012. "On fera avec, c'est cela l'expression démocratique d'un pays. Ce conflit aurait pu avoir lieu à une autre date, cela nous aurait sans doute arrangé. Mais c'est comme ça. Il faut respecter la démarche." confiait dans la foulée Henri Sérandour, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). "Le comité de candidature de Paris à l'organisation des JO-2012 va montrer au Comité international olympique (CIO) comment on règle les problèmes" , affirmait deux jours plus tard Philippe Baudillon, directeur général de Paris-2012. Mais c'est finalement Bertrand Delanoë qui aura su transformer cette contrainte en opportunité. Lui qui déclarait dès le 22/02 : "Je suis convaincu de l'entier soutien de l'ensemble des syndicats pour la candidature de Paris." a eu l'idée de génie de faire distribuer aux manifestants via la CGT, des casquettes et des T-shirts blancs frappés du slogan "JO 2012, pour l'amour des Jeux". Résultat : relayées par tous les JT, les images filmées dans la rue ont conforté l'idée que la nation toute entière soutenait la candidature de la France à l'organisation des JO de 2012. J'en veux pour preuve les propos de la marocaine Nawal El Moutawake, la Présidente de la commission du CIO, lors de sa conférence de presse du samedi 12 mars : "On a senti les Français vibrer pour l'amour des Jeux, tout le peuple français. La passion existe, elle respire l'amour du sport, du président de la République à la population".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article