Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par DMT

Nous étions le 24 décembre 1998. Le Jour du Seigneur m'avait demandé d'enregistrer une interview de sœur Emmanuelle, quelques heures avant la "messe de Minuit" en direct depuis Notre-Dame de Paris. Pour moi, la "pression" était réelle. Avoir la responsabilité d'interroger cette "sainte femme" durant l'émission officielle de l'église catholique, c'était un peu comme si Marc-Olivier Fogiel interviewait Michel Polnareff devant ses fans à Bercy. Le droit à l'erreur m'était interdit.  Simple, conviviale, décontractée dans ses baskets blancs, sœur Emmanuelle se révéla devant les caméras la "bonne cliente" idéale. Elle n'en était que plus attentive hors champ. Il n'y avait pas eu de répétition. Tout juste avions-nous eu le temps de faire assez connaissance pour échanger de façon authentique à l'antenne. La magie de la rencontre opéra très vite. La chaleur humaine qui se dégageait d'elle me faisait oublier la froideur de la cathédrale, encore vide de ses fidèles. C'est donc très spontanément qu'en fin d'entrevue (comme diraient nos amis canadiens) je lui ai donné RDV dans 10 ans afin de célébrer ses 100 ans aux côtés de nos téléspectateurs. A quelques semaines près le "pari" était tenu. Certes, je ne travaille plus pour les émissions religieuses. Mais ce blog me permet de continuer à "pratiquer" comme journaliste indépendant. De toutes façons, je ne sais pas si, aujourd'hui, j'aurai souhaité l'interroger ou répondre à une question qu'elle m'avait posé. Sœur Emmanuelle m'avait en effet demandé, comme à chaque personne qu'elle croisait, ce que je comptais faire pour aider les autres. Je me demande si ma modeste contribution depuis, ne frise pas le ridicule comparée à son action en faveur des plus pauvres. Pourtant, grâce à elle, le souci de mon prochain ne m'est plus aussi étranger.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article